Nouvelle Lune du Taureau 2012

La Nouvelle Lune du Taureau a lieu le 21 avril 2012 à 7h 18mn en temps universel, au second degré du signe. Elle boucle le trigone avec Mars en Vierge et Pluton en Capricorne, et forme un sextile avec Neptune. Elle précède d’une journée la conjonction Mercure – Uranus en Bélier.

Elle annonce un mois lunaire qui semble relativement simple, de construction, de réalisation, de retour à un esprit positif et créateur qui peut nous faire le plus grand bien.

Si nous focalisons notre attention sur des choses simples et basiques, en reconnaissant les chances dont nous disposons et les cadeaux que nous offre la vie, nous rentrons dans une énergie de satisfaction joyeuse, et trouvons le bonheur à travers ces choses essentielles.

Nous avons l’habitude de nous tourmenter, et généralement pour des préoccupations qui n’ont pas de réelle importance – quand elles existent. Le monde est tombé dans une sorte d’angoisse généralisée, à partir de menaces de toutes sortes, écologiques, économiques, sociales, et bien d’autres, et celui qui n’est pas dans la terreur est taxé d’aveuglement ou d’irresponsabilité. Ainsi tout le monde plonge dans la dépression et le stress, et ceux qui ne le font pas sont quasiment amenés à culpabiliser de ne pas être malheureux, furieux, inquiets, et tutti quanti.

C’est comme un délire collectif renforcé (créé ?) par les médias et internet, au départ correctement destiné à dénoncer les problèmes et alerter pour y mettre fin, mais qui a été détourné et récupéré, et il est à craindre que ce soit le but contraire qui est atteint.

Le Taureau nous invite à revenir à une vision plus sensée des choses. Oui, il y a des horreurs sur terre, des dangers, des menaces, oui, il est urgent de changer le monde, qui de toute façon s’écroule, mais cela doit-il ou peut-il être fait dans le désespoir ? Il est bien évident qu’une telle attitude produit plus de dégâts qu’elle ne répare ou transforme ce qui doit l’être.

Arrêtons ces visions apocalyptiques, éteignons une bonne fois pour toutes ces médias en folie, jetons ces messages permanents de peur dans les dossiers des indésirables, ou mieux effaçons-les sans les lire dès qu’ils arrivent.

A la place, allons voir les vraies réalités : la terre, la nature au printemps, le ciel, le soleil et la pluie, le vent, les oiseaux qui traversent toutes ces tempêtes sans faillir jamais… Découvrons comme le monde est un monde d’abondance et de joie, comme chaque être que nous croisons ne demande qu’à nous sourire, osons lui sourire en premier, et choisissons d’être en paix, quoiqu’il arrive.

Revenons à ces notions élémentaires que sont l’amour, l’amitié, le plaisir partagé, et surtout, l’amour de soi.

Cessons de nous flageller, de nous fustiger, de nous auto-dénigrer, de nous croire investis de missions pour sauver le monde, de devoir sacrifier tout ce qui nous plaît et nous fait du bien. Les concepts véhiculés dans la grille d’informations du monde se sont transformés en un carcan étouffant, qui se resserre et nous coupe de nos sources de vie. Le mental surdimensionné a chassé le ressenti, et nous n’entendons à longueur de journée que des commentaires désabusés et désespérés.

Et pourtant les gens ne sont pas comme ça. Ils ont changé, les relations humaines ont changé, tous ont franchi un stade de bon sens et d’intelligence pour vivre mieux, ensemble. La planète est devenue ce village dont on parlait, et plus rien ne nous sépare vraiment les uns des autres.

Alors pourquoi continuer d’écouter ces diseurs de mauvaise aventure ? Le Nœud Sud en Gémeaux a mis en évidence ce mauvais usage de la parole et de la communication, et Vénus s’emploie à y ramener une vision plus douce et plus aimante. Nous n’avons pas besoin de la peur et plus besoin de perdre notre temps et notre énergie dans ces débats d’arrière-garde.

Tout le monde a changé déjà, seuls les pouvoirs en place continuent de faire semblant de l’ignorer, parce qu’en fait ils sont coupés du vrai monde. Laissons-les jouer avec leurs fantasmes de toute-puissance infantile et reprenons notre pouvoir, notre pouvoir de créer et construire ce monde qui ressemble à ce que nos cœurs désirent, et non à ce que leurs discours induisent.

Informations supplémentaires