Le Taureau 2013

L'entrée du Soleil dans le Taureau, 20 avril 2013, 00h 03mn pour Lasalle

L’entrée du Soleil en Taureau a lieu le 19 avril 2013 à 22h 03mn en temps universel (le 20 à 00h 03). Le Soleil vient juste de former la conjonction avec Mars, à la toute fin du Bélier, et Mercure s’apprête à passer à la conjonction d’Uranus vers le 10ème degré du Bélier. Cette énergie est ainsi très présente, et indique l’impulsion émergente qui a animé ce mois du printemps, ou qui l’a animé dans la mesure où Pluton l’a permis. Bien des énergies ont été retenues alors qu’elles avaient besoin de jaillir puissamment, mais elles vont pouvoir maintenant se canaliser de manière plus sereine, dans l’énergie de Vénus en Taureau.

Il faut remarquer que le Soleil se trouve dès les premiers jours dans l’orbe de l’opposition à Saturne, mais aussi dans un sextile à Neptune. Aussi cette canalisation ne peut être constructive qu’en passant par un accord avec les exigences de Saturne, c’est-à-dire authenticité absolue, acceptation de l’essentiel et dégagement de ce qui masque la conscience, dénonciation des faux-semblants et compromissions. Achèvement des deuils et des illusions, reconnaissance des vulnérabilités émotionnelles et dépassement de celles-ci autant que possible, recherche de sagesse et de maturité au-delà des contingences de l’incarnation.

Vénus et le Soleil se rapprochent du Nœud Sud, et nous pouvons rencontrer et régler ce qui fait obstacle à nos cheminements. Par le Taureau il s’agit de nos inerties, des habitudes trop ancrées qui nous enferment dans des routines, de nos choix de voies de facilité qui empêchent la nouveauté et le changement, des attachements trop étroits qui nous limitent, de nos lenteurs et résistances psychologiques. Ce que nous refusons de lâcher mais qui encombre ou empêche notre évolution, Saturne se charge de nous en libérer, à sa façon brutale et cruelle parfois.

Soyons toujours prêts à abandonner ce que nous refusons de lâcher dans les valises que nous portons avec nous, bien des choses sont devenues inutiles, et plus, encombrantes. Il s’agit surtout de croyances et d’idées, de buts et d’idéaux que nous avons crus lumineux et nécessaires, et qui ne sont plus en accord avec les énergies qui s’installent maintenant. Désirons-nous avancer et créer pour le nouveau monde, et rester accrochés au passé et à ses limitations, ses combats et ses souffrances ? Aimons-nous vraiment la vie que nous menions, et le fonctionnement du monde ?

Mercure et Uranus continuent de nous inviter à jeter l’ancien, à jeter les lourdeurs, les karmas et les complaisances au passé, et souvent font exploser ce que nous refusons de couper, alors que c’est déjà mort.

Et il s’agit aussi de lâcher nos attachements affectifs. L’amour qui débouche sur la possessivité n’est pas tout à fait de l’amour, il en est plutôt une étape que son accomplissement. Sommes-nous prêts aussi à aimer au-delà du temps et de l’espace, au-delà de l’incarnation, aimer sans avoir besoin que l’autre soit à nos côtés ? Entrer dans l’amour inconditionnel fait partie de la voie actuelle. Ceci implique beaucoup de pardons à prononcer, envers soi-même et envers les participants de nos expériences difficiles.

La Lune en Lion, en carré à ses Nœuds, suggère que ce lâcher-prise peut être contrarié par des fiertés pas réellement bien placées, par lesquelles nous cherchons à protéger nos repères identitaires et nos vulnérabilités existentielles. Cependant nous pouvons lâcher cela aussi, simplement en demandant à être remplis de l’amour divin, qu’elle peut canaliser, et qui nous réconcilie dans tous nos niveaux. En demandant à faire briller notre lumière quoiqu’il arrive, en toutes circonstances, chaque fois que nous pensons à l’allumer dans notre cœur ; c’est une vigilance à cultiver, une conscience à ce qui est là. Jusqu’à ce qu’elle nous embrase et s’alimente de notre âme-même, sans relâche, sans éclipses.

Plus rien n’est important que cette connexion intérieure. Sans elle, nous risquons d’être dépassés par le bouleversement des énergies actuelles, ou tout au moins plongés dans la perplexité face à l’évolution des situations présentes.

Informations supplémentaires