La Balance 2015

L'entrée du Soleil dans la Balance, 23 septembre 2015, 10h 21mn pour Lasalle

Le Soleil entre dans la Balance le 23 septembre 2015 à 8h 21mn en temps universel et y trouve le Nœud Nord de la Lune à 1degré du signe, quelle belle conjonction ! En sextile exact à Saturne qui vient de revenir dans le Sagittaire. Plus loin, vers le quinzième degré du signe, il y a une autre conjonction entre Mercure et la Lune Noire, opposée à Uranus et en T-carré à Pluton, en sextile à Vénus dans le Lion. Mars achève sa traversée du Lion, Jupiter en Vierge vient de passer à l’opposition de Neptune, et la Lune est encore dans le Capricorne pour quelques heures avant d’entrer dans le Verseau.

Ce qui interpelle est cette occupation de la Balance, à la fois par l’énergie d’éveil et d’harmonisation du Soleil – Nœud Nord, et par l’indication d’un retour sur des croyances anciennes et sources de douleurs, des charges émotionnelles plus ou moins karmiques, qui peuvent être mieux conscientisées et réalignées vers plus de justesse. Mercure est ici fortement tourné vers les mémoires du passé et des vies antérieures ; pourtant, depuis le temps que nous disons que le karma n’existe plus, qu’il n’a plus ce caractère d’obligation à régler avec plus ou moins sous-entendu une connotation punitive, de fatalité incontournable, pourquoi retournons-nous vers ces passifs ?

En fait, il ne s’agit plus de karma, mais de ces croyances sur l’univers qui continuent de nous conditionner dans nos expériences et notamment dans la manifestation. Nous fonctionnons dans un système où les choses sont des effets qui découlent de causes, identifiables et concrètes. Qu’il s’agisse de la matière, des événements de nos vies, des projets que nous réalisons, tout passe par des processus « raisonnables », connus, logiques. Enfin, jusqu’à un certain point, nous le savons tous !

En réalité, nous expérimentons aussi des successions improbables de hasards, qui nous offrent nos plus beaux cadeaux : nos rencontres importantes, nos coups de cœur, nos passions, nos réalisations, notre épanouissement, nos richesses. Nous les appelons synchronicités, et nous considérons qu’elles ont un caractère un peu exceptionnel, un peu magique, d’origine spirituelle sans doute, que nous pouvons parfois apprendre à manifester, à coup de visualisations et de pensée co-créative.

Nous en faisons l’apprentissage, nous balbutions dans ces nouvelles capacités, peu à peu nous y parvenons, plus ou moins, rarement autant que nous le souhaiterions. C’est long, difficile, douloureux, nous doutons, nous restons incrédules ou sceptiques, mais nous essayons quand même, pour certains d’entre nous, et nous obtenons quelques résultats, généralement ponctuels et isolés, sur des petites choses en général, sur de plus importantes quand nous devenons plus doués.

Et bien voilà, nous y sommes : Mercure nous dit que cette façon de considérer les choses fait partie de l’ancien monde, de l’ancienne énergie, et qu’il n’y a rien à apprendre, rien à développer, rien à travailler. Que manifester le monde que nous souhaitons ne demande aucun effort ni apprentissage, bien au contraire. L’effort est anti productif. L’apprentissage nous éloigne de ce que nous savons faire, en réalité, même si cela est en sommeil.

Mais, si nous ne faisons rien, rien ne se passe.

Sauf si nous ne faisons rien en faisant réellement Rien…

D’accord, je plaisante. Sans plaisanter bien entendu ; je vous renvoie à de nombreuses approches de maîtres spirituels, et plus proches de nous celles de Frank Kinslow par exemple à qui j’emprunte ces termes de « faire Rien », et de quelques autres actuellement. Et toujours bien sûr Kryon, Adamus, … Vous les trouverez sans difficulté en les cherchant sur le Net.

Mercure nous dit de cesser de croire en ce que nous croyons habituellement. Nous sommes riches d’expériences, nous pensons avoir acquis un savoir, peut-être une sagesse, et ceci au fil des vies, mais en fait nous sommes chargés et encombrés de ces expériences, et ces savoirs nous empêchent de Connaître. Nous avons cherché la paix et l’harmonie en luttant pour équilibrer les contraires, à la manière Balance. Nous avons évalué le pour et le contre, incarné le blanc et le noir, l’ange et la bête, en pensant faire le tour des choses, accumuler les points de vue pour embrasser la totalité. En réalité nous n’avons fait que piétiner dans le plan en deux dimensions de la dualité, tentant parfois de nous élever dans l’espace, mais ce n’était que la 3D. Il nous invite à considérer les choses sous un autre angle de vue, un angle qui ne fait pas partie de cet espace. Un autre niveau de réalité. Une réalité que nous n’avons encore jamais expérimentée en incarnation. Celle qui est décrite dans certains livres, celle que nous n’avons pas encore imaginée.

En plongeant à travers le trou de ver de la Lune Noire, tout au fond de nous, Mercure nous amène à émerger, si nous le souhaitons, dans la fontaine blanche de la multi-dimensionnalité, là où règne la pure conscience.

Le monde a basculé. Aucun de nos efforts, même vers le bien, même vers le meilleur, même les plus inspirés, ne débouchera sur autre chose que ce même piétinement dans la 3D.

C’est tout.

Dans le nouvel univers dans lequel nous entrons, les synchronicités ne sont plus l’exception magique, le petit miracle cadeau et récompense pour nos rêves. Elles ne portent plus ce nom, ni aucun autre, elles sont le fonctionnement normal et permanent de la manifestation. Comme l’exprime parfaitement bien le livre « La vie des maîtres » (un grand classique à lire et relire), notre simple choix ou décision crée ce que nous voulons, là devant nous, directement, issu du Grand Tout / du Néant, sans autre formalité.

C’est dur à croire, utopique, délirant, absurde ? Allez, un petit effort d’imagination nous fera subodorer qu’ainsi sera le nouveau monde, et mieux encore, même si nous ne pouvons réellement le concevoir. D’où la nécessité d’une certaine humilité devant ce que nous croyons être, par rapport à ce que nous sommes réellement et que nous ne faisons qu'approcher encore.

Cela, c’est le niveau ésotérique et cependant réel de cette position de Mercure. Le Soleil de son côté développe l’équinoxe en union avec le projet de l’âme, pour chacun de nous. N’hésitons donc pas à rêver enfin totalement, à demander à la vie ce que nous souhaitons le plus au monde, sans limitation, dans l’amour et le don de nous-mêmes. Et, il ne s’agit pas vraiment de demander, mais de prononcer, de dire. Ce n’est même pas un ordre ni une commande, c’est l’action du Verbe, qui dit « Que cela soit. » Et cela est. C’est le moment non pas de nous exercer à cela, mais de l’accueillir en nous-mêmes, de le reconnaître. Parce que c’est notre nature réelle.

Il est temps de prononcer nos choix, vers une vie au-delà de nos rêves.

Quels sont vos rêves ? Vos vrais rêves ? Les véritables rêves au fond de votre cœur ? Et non ceux dictés par le formatage de la société ?

Dans un niveau 3D, sur le plan pratique, nous allons sans doute travailler sur les relations, chercher à réparer d’anciennes injustices, mais aussi apprendre à dépasser l’intolérance et le jugement, l’esprit de condamnation. Il va y avoir des règlements de comptes parfois tendus, définitifs, des ruptures dans les associations et les partenariats, des mises à plat sans faiblesse. Mais justes, dans la mesure du possible. Tâchons d’avoir l’esprit clair, de garder assez de discernement pour trier ce qui est émotionnel de ce qui rationnel, et mettre chaque chose à sa place. Les distorsions de l’énergie peuvent rendre les situations confuses et même aberrantes, et si l’on n’y prend pas garde on risque de s’embrouiller dans des errements inutiles.

La Pleine Lune qui vient le 28 septembre est une éclipse totale de Lune, le Soleil étant conjoint au Nœud Nord, à la Lune Noire, et à Mercure rétrograde qui s’approche de sa conjonction inférieure au Soleil le 30 septembre. Cela continue de transmuter et bousculer les choses ! Les basculer vers la nouvelle énergie. A nous de l’accepter et en intégrer ce pour quoi nous sommes prêts.

Informations supplémentaires